Popayan – Cartagena – Panama City

Popayan – San Augustin – Armenia – Manizalez – Medellin – Santa Marta – Cartagena (COL) – Panama City (PAN)

Nouvelles, voir plus si affinitees. (I et II)

 

 

Partie I, anecdotes.

Voici le recapitulatif de mon parcours depuis Merida, Venezuela, car je dois admettre que je ne vous ai pas gate en anecdotes.
Merida donc, et la fin de ma vie Venezuelienne.
Apres avoir voyage de nuit depuis Coro (et ses 45 degres), j arrive dans la belle ville de Merida a 6 heures du matin.
Comme toujours, recherche d une posada avec le ratio nuit / lit le plus faible possible. Apres tout, un lit reste un lit.
Posada Paty, j occuperais les lieux presque 10 jours.
D une part car Merida et alentours regorgent de petites ballades fort sympathique, d autres part, car l actualite sportive, Europeenne bien sur, (quoi que j aurais decouvert les paris sportifs via les footballeurs Equatoriens qui trainaient par la), va me faire passer par plusieurs stades, dans tous les sens du terme.
La Catalogne a l honneur, avec un grand cru Bordelais.
Meme si je dois le reconnaitre, une piquette Clos du Stade, domaine Chaban Delmas, m a laisse un gout amer dans la bouche.
Merci a TV5 monde donc, pour la premiere mi temps de Stade ASM, et puta madre a l EDF Venezuelien pour ne pas avoir pu regarder la seconde periode.
La Catalogne donc, capitale Europeenne du football, Francaise du rugby (t en fais pas copain Catalan de Perpignan, l an prochain c est la capitale au capitole).
Pour les potins rencontres, la grande suerte de partager aperos et discussions (et idee de laxatif pour le copain Chilien, voir plus loin) avec Mathieu, Bordelais et non Bordelaid (ou Bordenoeux), champion de France de football. (vive le sport sur France 2)
Bien que situee hors zone forestiere, la posada Paty etait occupee par tout un tas de blaireaux.
Un Chilien (le fameux …), un peu roublard, beaucoup balance, possedant un gros pick up GMC (Gros Mongolien de Chilien).
Un Americain, Yvan (des sandales, des pantoufles et des conneries), qui a passe la totalite de son temps a me casser les couilles (sauf lors du mythique Manchester Barcelone, et de sa cantine fantastique, a tel point que je fus surpris du bruit que peut faire en tombant une carcasse de 2m pour 120kg). J aimais bien sa phrase aussi : moi le Rhum, ca me fait rien. Bilan, petit rendu dans la chambre.
Une Colombienne, la fameuse Paty, aussi belle que …. (non, la, je peux pas mentir,un traste, un vraie).
Viennent ensuite Rafaela, Paola, un Allemand 2B3, Kleber l Equatorien et sa chose qui lui sert de femme …..
Par question de petites economies, j eu le temps de gouter a la soupe populaire du Venezuela (Comedor Popular), et le celebre dessert de Gelatine a la casuela. Divin.
Questions ballades, premiere station du telepherique, 1700 a 2600 metres, car malgres que celui ci soit l attraction principale de Merida, il est ferme depuis Aout 2008 (Le telepherique le plus haut du monde, 1700 a 5000 metres je crois).
Petite excursion pour gouter aux eaux thermales egalement, puis le football Equatorien, et les parcs de Merida, remplit de belles mamans.
Mon Espagnol s est aussi developpe, preuve en est, ce petit dialogue vers 1 heure du matin, echange philosophique et culturel, <Gringo de Mierda> (commun au Venezuela, pays accueillant), et de lui repliquer <Entonces, si soy un gringo de mierda et tu eres una mierda, somos hermanos…>, et j ai pu admirer le courage Venezuelien, qui essayant de me fracasser la tronche par derriere, s est enfuit en courant apres avoir loupe son coup.
Je delapide le reste de mon argent Venezuelien, celui change dans la rue de Santa Elena, et apres plus de 3 semaines dans le pays de Chavez (president qui veut plus ecrire son nom dans l histoire qu aider reellement son peuple … ca me rappelle quelqu un ca …), cap sur la Colombie, a la recherche d Ingrid PasFuteeAlEcole (desole pour le jeux de mots).
Hasta luego amigo Mateo, que le vaya bien, y gracias por las pastas a la salsa de soya.

 

Pour rejoindre la Colombie, direction la region nommee Tachira, San Antonio et Cucuta, premiere ville Colombienne.
Mon passeport commence a souffrir et l entree en Colombie s effectuera via un controle minitieux de ma photo d identite a la loupe …. no comment dans un pays farcit par la drogue et la corruption.
Alors il parait qu il faut eviter les voyages de nuit par la route, moi je me pose plus trop de questions, direction Bogota, 5 ou 6 controles plus tard, sans voir les Foutus Abrutis Revolutionnaires de la Coco, je debarque a Bogota. Je dois y retrouver Gary, Australien de San Pedro de Atacama, Virginie et Anne Sophie, Suissesses de la Isla de Pascua, Jhona, l Uruguayen de Rio de Janeiro.
Petite semaine donc a la Casa Platypus et au Musicology Party Hostel (une belle merde… et mon avis sur la nouveaux backpackers qui se precisent de jours en jours)
La Candelaria, le MontCerrat, les musees, et j acheterais sur la place du marche Don Quijote, de l ami Cervantes.
Direction Cali, qui avec Medellin, contribuent a la reputation que la Colombie accueillent les filles les plus belles au monde.
Surtout capitale de l esthetisme, chirurgie, mode …. tout un programme encore une fois.
Cali, c est plutot l occasion pour moi d accepter l invitation d Yvan, ami Bernais revolutionnaire.
Atmosphere suffocante, soleil voile, humidite, pas vraiment agreable, mais une tres belle semaine avec dorenavant un pote.
Cali me permettait aussi de me poser tranquillement avant de rattaquer pour quelques mois.
Merci encore Yvan, bonne chance pour tes projets.
Popayan, il est bon ton cafe gringo, et je me retrouve a essuyer 5 ou 6 refus d auberges, toute complete.
J arrive dans une petite posada, ou je partage la chambre avec un Americain, qui a voyage au Mexique, qui est malade comme un chien. Fievre, tousse, rhume …. vive la grippe.
Belle ville, meme si il est aise de se perdre dans ses rues, quasi similaire.

San Augustin, capitale archeologique Colombienne, et la fete de San Pedro de San Juan (vive les ferias et les bandanas rouge … et celle la, on sera pas des masses a l avoir fait, en sus des ferias du Sud Ouest)

La Colombie jouit d une mauvaise image, mais apres l avoir parcouru du nord au sud, je crois que je n ai jamais vraiment ete envahit par le sentiment d insecurite (sauf peut etre a Bogota, mais c est connu dans les grandes villes, c est le bordel.)
Dans la zone de San Augustin, je ne me balladerais uniquement qu en stop, voir a pieds, et je me suis fais tracter par un camion de chantier et un vendeur de clefs USB.
L etait marrant d ailleurs ce commercial, car il me demande si le pays est joli, et si les gens sont sympas. J avais envie de lui dire que j etais entoure de cons, juste pour voir sa reaction du mec qui t aide et qui se fait insulter indirectement, mais comme une grande majorite des problemes ici se reglent a la machette, je voulais pas avoir l impression de jouer a la roulette russe avec un UZI.

Apres San Augustin, vient la zone Cafeiere, Armenia, Manizales, Chinchina.
Manizales au pied du parc des Nevados, a 5000 metres plus ou moins.
Temperature plus fraiche, agreable.

En route pour Medellin, grande ville populaire grace au Patron, j ai nomme Pablo Escobar, ancienne plaque tournante du traffic de Cocaine.
Ville encastre entre les montagnes, buildings, business center, zona rosa (Bars, Pubs, Discotheques), alors je bouge, pour la cote Caribeenne, Santa Marta d abord, et Cartagena ensuite, porte de sortie pour l Amerique Centrale, via l archipel des San blas.

Cartagena, je retrouve Simon, Backpackers de Coro, Venezuela.
A nous les petites Anglaises aurait pu etre le titre des retrouvailles.
Boca Grande, les parcs remplient d Iguanes, de Paresseux, d ecureuils et de singes, le Sofitel, l embrouille des 2 heures du mat … en stand by pour embarquer a bord du Sacanagem et son capitaine, Hernando Higuera.

Cartagena c est la fin.
La fin de mon voyage en Amerique du Sud, et meme si je ne change pas de continent, il est bon de sentir que l on va ecrire une autre page de son histoire.
Oui, je n aurais pas fais tous les pays, le Paraguay, et les 3 Guyanes manquent a mon appel, mais qui sait, je me laisse une part du gateau pour plus tard.

C est donc a bord du Sacanagem que j embarque, le 1 er Juillet.
Ce voilier de 43 pieds, ou 13 metres, sera ma maison pour 6 nuits et 7 jours.
Le reste du groupe, n aura que 5 nuits …., par leur faute au final, car ne voulant rien apprendre de la navigation, a la peche, ils se seront punis tous seuls.
Le mal de mer aura touche tout le groupe, sauf 2 Allemands (c est robuste un Allemand) et moi. Tour de garde la nuit pour garder le cap, peche (de A a Z, pecher, tuer, vider, ecailler ….), plonger pour voir Raya Manta, Merlu, et autres poissons multicolores.
La derniere journee sera speciale, vu que je reste seul a bord avec le capitaine (j aurais bien pris une photo de leur tronche lorsqu ils se sont barres), il me sort du Roquefort, du Camembert, de la viande Argentine et du vin rouge … royal et irrealiste sur la mer des Caraibes.
Gave de langoustes, le pied marin en poche, je pars pour Panama City donc, apres 7 jours sans presque toucher terre.
La saison des pluies est bien presente, et apres avoir senti 2 tremblements de terre a bord du bateau ( si si, reveille et tout et tout … impressionant), les 4×4 qui doivent arriver depuis la Capitale ne peuvent traverser le Rio.
J embarque donc a bord de petite chaloupe pour remonter le Rio que se jette dans la mer .. en pleine Selva, trempe jusqu a la moelle. Une pure experience.

Mon appareil photo a rendu l ame, sel, soleil, et cascades, il repose au Panama ….

Voila, a Panama City, commence ici une autre partie du voyage.

Partie II, ai je raison ?
Mickael Jackson est mort …..

Voila, j avais envie d ecrire quelque chose de different.

Difficile de mettre des mots sur ce que l on peut penser, mais l important est d essayer au mieux.

Dans une societe ou l ego a prit le pas sur l ensemble des valeurs importantes, je crois qu il m est difficile de continuer a poster sur le site.
D une part, car comme le disait Gaetan, a travers Louise, il ne faut pas se laisser, aller, par l euphorie de croire que l on est quelqu un d important.
D autre part, car meme si l envie d ecrire nous emporte de temps a autres, est ce que l envie de lire de certains a quelque chose a y gagner.
Moi, ma petite vie, mes petits recits. Cela n a pas vraiment d importance.

Il m est arrive de rencontrer tout un tas de gens, des ames imbeciles qui se battaient entre eux, et d autre plus tranquille qui m ont offert du temps, certains parlaient, d autres parlaient de faire, ou ne faisaient que parler et seulement une poignee d entre eux faisaient.
Il est donc peut etre temps pour moi d agir, et plutard, parler de ce que j ai fais. Multiplier les activitees, c est le risque de mal faire plusieurs choses en meme temps.
J ai lu deux nouvelles ces jours ci, mais l une est beaucoup plus importante que l autre.
Mickael Jackson est mort ….. ….. et il y a 1 000 000 000 de personnes qui ne peuvent manger a leur faim chaques jours, soit 1 pour 7.

Je me demande des fois, si Galile avait raison de penser que la terre, aussi ronde soit elle, tourne rond.

Comme vous l avez peut etre lu, je suis au Panama.

Dans cette premiere partie du voyage, j avais rien envisage de particulier.
Maintenant, je compte traverser tous les pays d Amerique Centrale, Honduras comprit, pour me rendre au Mexique.
De la, si j en ai l opportunite, je rejoindrais depuis Cancun, Cuba, sinon, je filerais apres avoir parcouru le Yucatan vers Tijuana et San Diego.
Il sera alors temps de trouver le moyen le moins couteux de traverser d Ouest en Est les USA, puis d Est en Ouest le Canada pour atteindre l Alaska.

Ensuite, il sera temps de traverser le Pacifique …. mais ca , c est une autre histoire.

Merci de m avoir suivit jusqu ici, c etait pas mal pour un debut.

 

 

Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *