Sydney – Cairns – Airlie Beach

Sydney – Palm Beach – Cairns – Home Hill – Airlie Beach (AUS)

Normal, Normaux, Dedo Stop, Bateau

 

 

 

6 mois dans un bottle Shop sur le port, imprononçable mais qui ferait un carton au Scrabble, de Woolloomooloo, Beer Wine and Spirits, pour le Woolloomooloo Bay Hotel. (mot compte triple)

La fine fleur de la populasse me rendant regulierement visite pour alimenter un gosier jamais rassasie.

Du clochard vagabond, au Marine US, en passant par le regulier (qui au passage, a a priori un metabolisme de merde car il n’est jamais saoul) et l’Aborigene interdit.

J’ai entendu beaucoup de personne me dire et penser, qu’en Australie les gens consomme beaucoup d’alcool.

Personnellement, j’en suis loin d’etre convaincu, mais il est facile de tomber dans le panneau : l’alcool ne se trouve que dans les magasins specialises (Liquor Land / BWS / Cellarbration / Dan Murphys / Bottle O/ etc …) ou dans des pubs qui proposent un choix reduit a des prix qui fendent le porte monnaie.

En gros, ce que j’essaye de vous dire, c’est comme si j’avais travaille en France dans un magasin de tondeuses a gazon « Ces Francais alors, qu’est ce qu’ils coupent comme herbe …. l’effet Versailles peut etre ».

Les bottles shop sont forcement plein, ou avec un flux constant de client car il n’y a pas d’autre endroit pour acheter l’opium du peuple !

Apres on va pas se sortir les foies sur la table pour faire un concours de Cirrhose, ils picolent raisonnablement, comme nous quoi, meme si ils ont une grande culture du Pub ou Surf Club (ouaip, alors le Surf Club, y a pas que des athletes blonds sponsorises par Pedro l’ane, arborant fierement les abdos tetris …. t’as aussi des mecs enceintes, ou qui fond de l’oedeme, chauve, pilier de comptoir)

(Petite reflexion personnelle : si je recommence un tour du monde, question gonzesse, je laisse tomber la tente, le duvet et l’harmonica et je me ballade avec une planche de surf et une guitare, au pire, si on me demande de surfer je lacherais une phrase mysterieuse comme « non, aujourd hui l’ocean ne me veut pas », et si on me demande de jouer de la Guitare, je pipoterais « j’ai besoin d’appronfodir ma relation avec toi pour te composer une chanson »)

Dans mon bottle shop donc, j’ai regulierement recu des Bac +7 :

– « Bouh … qu’est ce qu’il fait froid » (d’ou le nom Chambre Froide ma grande !)

–  » Vous avez du lait ? » (ca compte le lait de coco dans le Malibu ?)

 

Un petit truc marrant, genre culture generale : partout dans le monde, la Fosters reste la biere de reference exportee d’Australie, et bien moi, perso, j’en ai meme pas vendu une dans mon bottle shop car je n ai pas en stock, comme dans casi tout bottles shop du NSW et du QLD …. Victoria Bitter, Tooheys, New Tooheys, Melbourne Bitter, XXXX, Pure Blonde, Blue Tongue, James Boags, Carlton Draught, etc …

 

 

Sydney, ville sympathique mais hors de prix.

Situe dans le quartier de Surry Hills, la maisonette dans laquelle je louais une chambre spacieuse et toute equipee, etait situee a 3 metres de mon travail (traduire : A Surry Hills, le taudis dans lequel je louais une mansarde degueulasse etait situee a 4 bornes du boulot)

L’auberge Espagnole version les Miserables, mais j’avais ma chambre a moi, mon espace vital, pour 160 dollars AUS semaine, proche d’un centre commercial, pas trop loin du boulot.

Comme colocataire, j’avais d’un cote les Anglo-Saxons, de l’autre un peu d’Europeens, puis des Latinos.

Je vous parlerais pas des mecs qui ont trois neuronnes a echanger comme on echange des pokemons, mais certains auraient une place importante au pantheon de mon idiotgraphie.

Pendant six mois donc, je n’ai quasiment rien fait, si ce n’est regarder chaque semaine mon compte en banque grossir peniblement.

La moindre sortie, par exemple Pub – Super 15 (Waratahs) – Pub (ha ca, les sorties trivial poursuite suis pas un grand fan) reviennent relativement cher (qui a dit que j’avais tres soif?)

Au Passage, je dois remercier mes parents de m’avoir fait des Os en titane.

Je m’explique, comme j’allais tous les jours au boulot en velo (velo qui, en a vu de toutes les couleurs au final, apres Sydney – Melbourne), il m’est arrive d’avoir des accrochages avec ces cons d’automobilistes qui roulent a gauche, et un accident digne de Paperboy.

Grosso modo, double a droite quand le mec oublie de mettre le clignotant pour tourner a droite c’est pas une bonne idee.

Apres cet incident j’ai decide d’arreter de mettre un casque, un peu comme ne pas jouer avec des bequilles, j etais sur que cela m’avait porte la guigne ….. et me voila en cher et en os, entrain d’ecrire ces quelques lignes a Airlie Beach.

Sur Sydney j’ai rencontre des gonzes sympa, meme si la culture Anglo Saxones mets certaines barrieres. Je pense notamment a la Luna de Miel Connection, Jereme, puis Omar le Colombien, Olivier le neo Charpentier, Daniel le Peruvien, et bien evidemment Delphine et Laurent, copains Guatemalteque.

 

 

6 mois a glander/bosser … ronger son frein.

Direction le nord, la Gold Coast, et Palm Beach, ou finalement, apres avoir booker un billet d’avion, Graham et Vicky, mes potes de 60 ans (10 ans de plus vis a vis du dernier post) m’attendent.

Comme quoi, Facebook, Couch Surfing, Live Space … n ont encore rien de comparable avec une adresse et un numero de telephone sur un morceau de papier.

Graham et Vicky, comme je le rappelle, je les ais rencontres sur le Salar d’Uyuni, en Bolivie.

A la fin de cette aventure de 3 jours a plus de 4000 metres, ils me remettaient un tee shirt et un morceau de papier avec une adresse et un numero de telephone, c’etait donc en Mars 2009, il y a donc plus de 2 ans.

J’ai garde ce papier, et quand j’ai du acheter un portable Australien pour trouver du boulot (sinon, les portables …. je vois pas l’interet), je leur ai envoyer un message.

Reponse casi immediate : on t’attends !

Alors j’y suis alle, le 6 Juillet dernier, moi et mon sac a dos.

J’ai passe 10 jours chez eux, avec un programme charge.

Donner un coup de main a Graham pour son boulot (Builder, constructeur), voir Byron Bay, Surfers Paradise, Kangourou, Surf Club, State of Origin (LA grande partie de Rugby a XIII, Rugby League, plus regarder que le Rugby a XV, Rugby Union) (Le State of Origin oppose le New South Wales, Etat de Sydney, au Queensland, Etat de Brisbane), samedi matin 50 km velo (il mettrait la pillule a beaucoup de jeunes que je connais !)(pour le velo, debout a 4h30, depart a 5h30, il faisait 2 degres, mais y sont dingues les Kangourous !)

Graham et Vicky aiment bouger, recemment ils allaient gazouiller en France, Paris (bon courage hein ! ;), puis au Maroc.

 

 

L’Australie me donne envie de voyager comme essayer de regarder un film Russe soustitres en Mandarin … comme j’ai rien d’autre a faire, je le fais, personnellement c’est toujours enrichissant, mais le fait d’etre sans arrets entoure de touristes, de club a touristes, et la monotonie de certains paysage, me font regretter amerement l’Amerique Latine.

Apres, voyager c’est comme un pot a feu, tu sais que le navet il est pas bon, mais tu continue a en mettre et a le manger car ca fait partie du PAF ! Des pays, ou la question « Mais qu’est ce que je branle ici?! » sont apparus sur ma route … mais il s’agit de s’ouvrir a toute sorte de culture, paysage, facon de voyager.

On me parle souvent du Outback (arriere pays, pseudo « en dehors de sentiers battus », Bush), peut etre j’aurais loupe certains deserts ou tu peux te sentir relativement seul, mais pour le reste, c’est une deferlante de CamperVan tatoue par « Backpacker », « Juicy », « Wicked », « AutoBarns », une grosse industrie qui a reprit le concept meme du mouvement hippy mais avec l’argent qui devient moteur des relations. En quelques sortes une obligation, car voyager en Bus coute plus cher que prendre l’avion, et le train …. c’est juste une vaste blague.

Peut etre aussi que la societe Australienne, fondee sur un mode de vie Anglo-Saxon avec un soupcon d’USA pour les grandes villes, me corresponds pas.

Tout n’est pas negatif, j’ai rencontre de bonnes personnes sur ma route, comme toujours, et si certains continuent a me demander « si c’etait a refaire, tu referrais la meme ? » , je reponds certainement, sinon je n’aurais pas eu le plaisir de connaitre ces gens la.

Enfin !

Pour revenir a Graham et Vicky, leur sejour chez eux aurait pu se compter en carton de bieres (en meme temps, c’est pas ma faute, ils vivent a 15 metres d’un bottle shop).

Le 17 Juillet, j’ai repris la route pour Cairns, en avion encore, prevoyant de descendre donc jusqu’a Sydney par la route (de facon a ne pas me taper 2 fois les meme paysages en 1 mois et demi, et surtout, economiser sur le bus)

 

 

Cairns, ville dentee.

A Cairns, je devais voir Goeffrey Moreton Murray, un pote a Graham.

Geoffrey est le capitaine du Whisper-L, superbe voilier dormant, la semaine ou je suis arrive, dans une slipway. (chantier naval)

Geoffrey est un personnage, et d’ici quelques annees, longues j’espere, on se servira de ses restes pour creer une boisson qui pulverisera le Red Bull : il a plus d’energie que la pile Alkaline ! et a 60 ans ! Il ferait passer Jack Sparrow pour unanimatronic de l’attracion Pirates des Caraibes, a DisneyLand Paris.

Il vit sur son bateau depuis 30 ans maintenant, multipliant les voyages entre la Papouasie Nouvelle Guinee, les Iles Salomon, l’Asie ….

Troquant sceaux en plastique contre langouste fraiche dans les iles du Pacifique.

A Cairns, au nord du Queensland, le climat est sympathique, et sur les 3 premiers jours que je reste avec lui, a bord du bateau sans eau, je lui file un coup de main (comme je peux, le mec a 10 projets minute, et mes connaissances en bateau, soudure a l’arc, sableuse, sont limites)

Donc, Geof n’a pas de voiture, et le 17 il envoie une de ses ex (nombreuses !) pour venir me chercher et me ramener sur le cote East de la Trinity River, a 45 minutes de Cairns en voiture, mais a 10 minutes en dinguie (petit bateau moteur)

En arrivant : Barbecue, avec une famille Francaise, Roger (le gerant du Slipway), Geof, Jen (l’ex petit amie et nouvelle casse couille de Geof).

C’est donc de cette facon que je rencontre Daniel, le fils, Jean Paul et Dani, une famille Francaise vivant a Cairns, bossant sur Garuda, bateau qui deviendra merveille.

Daniel aura la gentillesse de m’emmener avec une pote, voir Mossman et les gorges de cette region la semaine d’apres.

Je reste donc deux semaines dans la region, alternant ma vie entre Cairns, le centre ville (mouais … si on peut appeler ca le centre ville) et le bateau de Geof !

Je revois certaines tetes, Pepine par exemple, et au final, Hadrien aussi que j’avais servi dans mon bottle shop a son arrivee en Australie. (toujours dans la rubrique le monde est petit)

Des Italiens aussi, qui me refilent leur bieres avant de partir pour Bali Balo (ha ils m’avaient bien cernes les Italiens)

 

Je vis donc entre la Ville de Cairns, et le bateau de Goef, que nous avons mis a l’eau le vendredi soir.

Aller retour avec son dinguie et des potes a lui de temps a temps.

 

 

Apres 2 semaines, il est temps pour moi de quitter Cairns et sa region.

Prochain objectif : le 10 aout a Brisbane, cela me fait 10 jours devant le nez donc.

Mes potes rentrent d’Europe a cette date, je vais essayer de faire remonter ma moyenne en consommation de bieres pour mes derniers jours Australiens.

Je decide de couvrir cette distance en faisant du Stop, l’Australie aura finalement ete une terre de tout les challenges.

Le stop, ca a du bon cote, mais je suis content de ne pas avoir profite de la gentillesse des gens en permanence, enfin, je me comprends.

En Australie cela prends plus de sens, les gens sont pas dans le besoin, mais c’est vrai que je me sens tjrs coupable de profiter de lift sans rendre la pareille, alors sur la route, j’achete un truc a bouffer ou deux, a boire sinon (yiiihaaaaa)

 

Bref, premier lift, c’est Daniel qui me l’offre, du centre ville a la Highway, ensuite un groupe de Kiwi me prendra pour faire 10 km (super !), puis je tombe sur Luc, qui part faire la fete de la biere sous peu (haaaaaa douce Europe), et je rejoindrais Ingham.

De Ingham (300 km de Cairns), je tombe sur Chris, sourd je presume car la sono est a fond dans sa boite a sardine, il me transportera jusqu’a Townsville. (100km)

Apres, la lutte pendant 1h30, puis un jeune etudiant me depanne sur 40 bornes.

Dans la pampa, a un croisement au milieu de nulle part, j’attends un camonieur qui me transporte jusqu’a Ayr. (40 bornes)

Puis une femme, sur 10 bornes, et je dors finalement sur le bord de la route, dans une Rest Area, a Home Ville.

Le lendemain, Home Ville, j’attends une heure, et un jeune avec sa Jeep qui m’a demate les oreilles me depose a Proserpine. (150 km environ)

Sourd, Nigel me prends sur la bas cote alors que je marche pour Airlie Beach, sur les derniers 20 km.

La premiere etape de mes 2500 km est ici, sur la cote, dans le parc national des Whitesunday.

 

 

 

C’est ici que j’ecris ces lignes, peut etre moins inspires, mais je compte releve le niveau en Nouvelle Zelande.

 

 

 

 

 

 

Sur ce …. la longue route continue ….

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *